Si on parlait d’échec ?

Suite à la Fail Party by Marie

Hier soir à l’Archipel à Paris, nous étions rassemblés pour une Fail Party animée par SoManyWays et Activ’Action.
Le but : parler du sentiment d’échec et partager les solutions pour rebondir.

Première découverte : les compatriotes présents n’étaient pas si pessimistes (on nous targue trop souvent de l’être !). Beaucoup avaient des difficultés à repérer leurs échecs attestant que, au final, les périodes difficiles une fois surmontées étaient devenues des forces ! Nous nous sommes donc penchés plus spécifiquement sur le SENTIMENT d’échec et les émotions qu’il fait naître.
Les post-it partaient à volo : la colère, l’humiliation, la tristesse, l’impuissance, la culpabilité, la solitude, l’épuisement, la honte, le ridicule … Tous s’expriment et écrivent, exercice salvateur!
Nous sommes ensuite revenus sur des situations vécues par certains d’entre nous et à partir de ces exemples, nous lancions des solutions.
Le but : faire travailler notre résilience. Marianne en introduction a posé les bases : la résilience est un muscle qui se travaille. Youhou ! A nous le chemin vers plus de relativisation, de recul, de déconnexion.

Le panel des solutions est large je vous en relate quelques-unes qui pourront toujours servir quand vous serez face à ce sentiment d’échec (Remarque : l’éventail est fait de moults choses tout n’est pas forcément adapté, piochez piochez et ajoutez si vous voulez) : manger du chocolat, prendre des vacances, se mettre à la méditation, voir un psy, s’entourer des bonnes personnes, boxer, parler avec des pairs, prendre des apéros, éteindre son téléphone, crier, se recentrer, voguer vers une autre passion, oser, s'offrir un cadeau, chercher son fil rouge, faire le point, penser aux personnes âgées , se parler comme si on était son meilleur ami, prendre un boulot alimentaire etc.

Par exemple (nous en parlions hier), après une expérience difficile au travail, une bonne claque comme le dirait l’adage, il peut être bon de s’accorder le temps de prendre du recul, de repenser à soi et ce sans culpabiliser. Ca peut passer par des vacances, par une période de recherche d'orientation, de questionnement.

Les sentiments échecs sont d'envergure diverses je prendrais donc un exemple plus "futile" mais que je voulais personnel et d'actualité (pour jouer le jeu hein!).
Mon dernier échec en date, pas plus tard qu’il y a quelques heures : un appel à projet (encore) raté… Je crois que ce que j’éprouve s’apparente au sentiment d’échec. Et paf voilà les mots qui défilent : colère, mal ciblé, mal rédigé, fait trop vite, mal lu, dissipée, incapable
! – wow wow wow - !
Prise de recul respiration un petit tour dehors (le joker) , l'appel à une amie , cinquante cinquante (alors un kinder ou un cookie) -
bon j'avoue c'était un petit sentiment d'échec mais eh petit à petit je muscle ma résilience ;)
En tout cas n'hésitez pas à faire l'exercice entre vous dans les groupes c'est assez salvateur et on constate que franchement, on est tous passés par là !

  • Collectif Jobeurs

    Créée en 2014, l'association COJOB vise à fédérer et animer des collectifs de chercheurs d'emploi.